L'ODYSSÉE ESTUARIENNE

QUAND LA LOIRE ET L'ATLANTIQUE S'EMPARENT DE L'ÉTENDUE

         Cinquante kilomètres séparent les deux grandes villes de la métropole estuarienne Nantes St Nazaire. Ce territoire accueille les eaux du plus long fleuve de France. Du Massif Central à l’Atlantique, c’est le dernier et le plus grand espace de divagation de la Loire. 

          Ce lieu de bouillonnement dans toute sa portée symbolique est aujourd’hui en première ligne pour affronter les changements climatiques : d’un côté, la montée de l’eau des océans, et de l’autre, l’augmentation des orages torrentiels. En occupant l’espace de divagation du fleuve, les manières d’habiter l’estuaire se trouvent requestionnées par l’inondation et la submersion. Dans ce contexte, l’estuaire apparaît comme le dernier espace de possible expression de l’eau. L’anticipation des changements de ce territoire permettra de faire valoir cette étendue comme une force de vitalité indissociable au projet de métropole. 

Comment le projet de paysage peut-il bénéficier du contexte de montée des eaux comme d’un levier pour intensifier le dialogue entre la métropole et son territoire en inventant de nouvelles manières d’habiter et de traverser ce coeur d’estuaire ?