La Seine un Monument Libre et Vivant

            C’est avec trois autres paysagistes, Marie, Andréas et Elie, que nous avons réalisé cette étude en partenariat avec le CPIER, Contrat de Plan Interregional Etat-Région Vallée de la Seine. Nous avons questionné, projeté et posé une réflexion de paysage à très grande échelle sur un territoire aussi vaste que complexe : la Vallée de la Seine. 

           La Basse vallée de la Seine est un territoire stratégique, un axe de développement de la capitale. Aujourd’hui en pleine mutation, c’est un territoire à enjeux sur lequel s’articulent de nombreuses pressions humaines, démographiques, industrielles, infrastructurelles. 

        Notre défi a été de faire émerger une vision du «Territoire Seine» pour permettre de fédérer les acteurs, les regards et réaffirmer le paysage comme la condition de l’élaboration de projets conciliateurs et prospectifs au service de la fabrication des grands territoires. 

               Dans une négociation constante entre la demande économique croissante et les préoccupations liées à notre environnement et nos modes de vie futurs, la Seine, paysage monument, monument libre permet de faire tenir, d’un bout à l’autre, un territoire de diversités, d’expérimentations, d’exemplarité, exaltant les regards et nourrissant la culture du paysage vivant. 

De par sa géographie de vallée décaissée, la vallée de la Seine est un espace à capacité limité mais à responsabilité illimitée. Le Territoire Seine consacré Monument Libre et Vivant permet une nouvelle attitude basée sur une réciprocité entre l’homme et le fleuve en requestionnant l’usage et l’occupation de son espace. Ce changement de paradigme remet en question la place du fleuve dans une vallée anthropisée, la place de la vallée dans un territoire de grandes mobilités et enfin la place du paysage dans les gouvernances locales.  

OP-CARTE-SEINE-TERRITOIRE.jpg